Sélectionnez un thème

Méthodologie
Editorial
Introduction
Actes congrès et colloques
Actes congrès et colloques
Lettre à l'Editeur
Recherches
Littérature anglophone
Études de cas
Pédagogie et enseignement
Reportage
Communication brève
Communication internationale
Recension de livre
Recensions de livres
Formation
Revue systématique

1 article(s) trouvé(s)

2020 - Volume xxv - - N° 3


La Théorie de la Dissociation Structurelle de la Personnalité : une Théorie pour Conceptualiser les Troubles d’Origine Traumatique The Theory of the Structural Dissociation of the Personality: a Theory for the Conceptualization of Trauma-related Disorders

 

Cet article présente la théorie de la dissociation structurelle de la personnalité développée par Van der Hart, Nijenhuis et Steele (2006; 2010) sur la base des travaux de Janet. Cette théorie permet de conceptualiser les troubles d’origine traumatique en tant que troubles de nature dissociative, du plus simple comme le trouble de stress post-traumatique au plus complexe comme le trouble dissociatif de l’identité. Elle définit le concept de dissociation comme une division de la personnalité pré-morbide en deux ou plusieurs parties dans les suites d’événements traumatiques lorsque le sujet ne possède pas assez de capacités intégratives. Les capacités intégratives sont faites de deux actions : la synthèse et la réalisation (comprenant la personnalisation et la présentification). Les parties dissociatives sont de deux types : (1) la partie émotionnelle de la personnalité qui reste fixée sur l’expérience traumatisante et s’engage dans le système d’action défensif (attaque, fuite, mort feinte, soumission, figement, hypervigilance) ou le système d’attachement comme les pleurs d’attachement; (2)  la partie apparemment normale de la personnalité qui s’engage dans les activités du quotidien et tente d’éviter les souvenirs traumatiques, leurs rappels et les intrusions des parties émotionnelles. Cet article présente l’apport des théories de l’apprentissage à cette théorie, qui sont en jeu en particulier dans le maintien de la dissociation structurelle. La définition de la dissociation proposée par ces auteurs permet de différencier des symptômes qui peuvent sembler similaires mais qui sont néanmoins distincts. La théorie de la dissociation structurelle de la personnalité présente un intérêt notable pour conceptualiser les troubles d’origine traumatique, et elle a sa place dans le champ des thérapies cognitivo-comportementales.

 

 

This article presents the theory of the structural dissociation of the personality, developed by Van der Hart, Nijenhuis and Steele (2006; 2010) and based on Janet’s work. This theory allows for the conceptualization of trauma-related disorders as disorders of a dissociative nature, from the simplest one as in the case of post-traumatic stress disorder to the most complex one such as the dissociative identity disorder. It defines the concept of dissociation as a division of the pre-morbid personality into two or more parts when the individual possesses insufficient integrative abilities following traumatizing events. The integrative abilities consist of synthesis and realization. Realization includes personification and presentification. Dissociative parts are of two types: (1) the emotional part of the personality, which remains fixated on the traumatizing experience and is mediated by defense action systems, such as fight, flight, feigned death, submission, freezing or hypervigilance, and attachment action system, such as attachment cry; and (2) the apparently normal part of the personality which engages in actions of daily activities and tries to avoid traumatic memories, their reminders, and intrusions from the emotional parts. This article presents the contribution of learning theories to this theory, in particular those which are involved in maintaining the structural dissociation. The definition of dissociation as proposed by these authors allows to differentiate symptoms that may seem similar but are however distinct. The theory of the structural dissociation of the personality is revealed to be of significant interest to the conceptualization of trauma-related disorders, and as having a central place in the field of cognitive-behavioral therapies.

 

Olivier Piedfort-Marin

Lire l'article
© 2021 RFCCC. Tous droits réservés. Réalisé par Comase Info avec CodeWeb