2016 - Volume XXI - Août - N°1


Editorial
Editorial

Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
La santé mentale des proches de personnes en souffrance psychique Mental health of relatives of individuals with a mental illness

 

Etre parent, enfant, conjoint ou simplement proche d’une personne en souffrance psychique peut être considéré comme un stresseur ayant des répercussions importantes sur la qualité de vie et sur l’humeur. On estime que près de la moitié des proches de personnes souffrant de troubles psychiques manifestent eux-mêmes des difficultés psychologiques. Une proportion importante de proches serait ainsi susceptible de bénéficier d’interventions de type cognitives et comportementales (par ex., psychoéducation, entraînement de techniques de communication, de gestion du stress et de résolution de problèmes). Cet article propose de faire un état des lieux des charges vécues par les proches et de leurs conséquences. Nous présenterons les résultats obtenus auprès de 96 proches et 45 adultes tout venant en mettant l’accent sur des aspects psychologiques. Nos données indiquent notamment que les proches perçoivent peu de soutien social et ont des difficultés de régulation des émotions. Ils sont 44% à atteindre des scores de dépression dépassant un seuil clinique, scores dont 63% de la variance est prédite par les charges globales des proches, leur sentiment de maîtrise et leur accès à des stratégies de régulation des émotions, domaines pouvant profiter d’interventions préventives ou thérapeutiques.

 

Being a parent, child, spouse, or in another close relationship with a person with a mental illness can be viewed as a source of stress and can have important repercussions upon mood and quality of life. Moreover, it has been estimated that about half of these relatives have themselves psychological problems. A significant proportion of relatives is thus affected and could consequently benefit from cognitive behavioral interventions such as psycho-education, communication skills training, stress management, and problem management skills. This article aims to investigate the burden experienced by relatives and the consequences of this burden. We present results obtained from 96 relatives and 45 unselected adults, emphasizing psychological features. Our results indicate that relatives perceive a low degree of social support and have difficulties with emotional regulation and that 44% have depression scores within the clinical range, with 63% of the variance accounted for by their overall burden, their sense of mastery, and their access to emotion regulation strategies, areas which respond to preventive or therapeutic intervention.

Virginie Salamin, Sabine Corzani, Olivier Clement, Chantal Martin-Soelch

Lire l'article Recherches
Connexion familiale© : Expériences d’animation d’un programme pour les proches de personnes souffrant d'un trouble de personnalité borderline Family Connections©: Leading a program for relatives of individuals suffering from borderline personality disorder

 

Le trouble de personnalité borderline affecte non seulement le patient lui-même, mais aussi ses relations proches, en particulier familiales. Les familles de ces patients vivent des situations de crise au quotidien mais manquent souvent d’informations et de moyens pour y faire face. Pour répondre à ces besoins, le programme groupal Connexion familiale© a été développé par des cliniciens sur la base de l’approche comportementale dialectique, adaptée aux familles. Nous présentons et illustrons cette intervention auprès des proches à la lumière de notre expérience d’animation de ces groupes. L’accent sera mis sur la manière dont les participants accueillent et s’approprient les différents thèmes proposés durant le programme (informations sur le trouble, théorie biosociale, conscience de soi et de la relation, régulation des émotions, acceptation, techniques de validation et de gestion des problèmes).

 

Borderline personality disorder affects not only the patient herself but also those close to the patient, especially families, who live through crisis situations on a daily basis often without the means and knowledge to cope with them. To fill this need, clinicians developed the group-based program Family Connections©, adapting the dialectical behavioral approach to apply to families. We illustrate this family intervention by describing our experiences as group leaders through the program’s six modules, with an emphasis on the participants’ ways of incorporating and accepting each theme, starting with instruction about the disorder and biosocial theory, and proceeding to develop self-awareness and mindfulness of the relationship, emotional regulation skills, acceptance, validation techniques, and problem management skills.

Olivier Clement, Virginie Salamin, Caroline Stocker

Lire l'article Recherches
CRAFT, un programme thérapeutique pour les proches de consommateurs de produits psychotropes CRAFT, a therapeutic program for concerned significant others of substance users

 

Les problèmes liés à l’abus de substances (alcool, drogues, médicaments) et aux addictions affectent non seulement les consommateurs mais également leur entourage. Motiver la personne qui fait usage de produits psychotropes à modifier son comportement ou à rentrer en traitement est un défi majeur pour le proche. Ce dernier se trouve souvent seul, démuni et épuisé face aux comportements de consommation et aux conséquences sociales, relationnelles et économiques qui en résultent.

 

La méthode CRAFT (Community Reinforcement and Family Training), développée par Smith et Meyers (2004), est une intervention familiale unilatérale qui s’adresse aux proches de personnes présentant une consommation de produits psychotropes et qui refusent de rentrer en traitement. Basée sur des principes comportementaux et s’appuyant sur des techniques de renforcement et d’entraînement à la communication, elle vise à favoriser l’entrée en traitement du consommateur, à modifier sa consommation de substances et à améliorer le bien-être du proche.

 

Le présent article résume les principes de la méthode, ses composantes d’intervention et le support scientifique sur lequel elle se base. Son utilisation clinique et les développements possibles sont abordés.

 

The problems with substance abuse and drug addiction affect not only the patients but also their entourage. Motivating a narcotic user to change his behavior or to seek treatment may be a major challenge for his significant others. These often feel powerless and exhausted in the face of the consumer’s behaviors and the social, economic and subsequent issues they cause.

 

The CRAFT method (Community Reinforcement and Family Training), developed by Smith and Meyers (2004), is a unilateral family intervention dedicated to the relatives of people suffering from narcotics abuse and who refuse treatment. Based on behavioral principles and building on supportive techniques and communicative training, it encourages the identified patient to engage into treatment, to change his consumption of drugs and to improve the well being of the people around him.

 

This article summarizes the principles on which the method is based and the components of its interventions. Its clinical use is discussed. A brief overview of the scientific elements is available, and future developments are adressed.

Roberto Prezzemolo

Lire l'article Recherches
La thérapie d’acceptation et d’engagement : un modèle de supervision cognitivo-comportemental de la troisième vague Acceptance and Commitment Therapy: A Third Wave Cognitive Behavioural Model of Supervision

 

La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) est une approche cognitive et comportementale de troisième vague qui s’avère fort populaire et répandue. À l’heure actuelle, il n’existe aucun modèle de supervision basé sur la thérapie ACT. Cet article propose un modèle de supervision basée sur le modèle de la flexibilité psychologique de l’ACT. Il présente un aperçu de l’évolution de la supervision clinique selon l’approche cognitive et comportementale, les caractéristiques du modèle de supervision ACT, les éléments d’une séance type et une revue des études portant sur l’impact d’une formation ACT sur les compétences et le bien-être du thérapeute. De nature expérientielle, l’ACT offre une approche novatrice de la supervision qui se distingue de la TCC traditionnelle. Des études futures sont nécessaires afin d’évaluer le modèle de la supervision clinique de la thérapie ACT.

 

Acceptance and commitment therapy (ACT) is a popular and well-dissiminated third wave cognitive and behavioral therapy. However, there are no existing supervision model within ACT. This article proposes a supervision model based on the psychological flexibility model. A brief evolution of CBT clinical model is presented. Several useful strategies are offered for the supervisor as well as a typical session and general indications. A review of studies about the impact of an ACT training show that training can improve therapist competencies as well as well-being. Because of its experiential nature, ACT is an innovative model of supervision which is distinct from traditionnal cognitive and behavioral therapy. Further studies are needed to evaluate the ACT model of supervision.

Frédérick Dionne, Lyne Deschêsnes

Lire l'article

2015 - Volume XX - Mai - N°1


Editorial
Nous voici au volume XX

Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
L’affirmation de soi par le jeu de l’acteur : Un adjuvant utile pour la pratique de l’affirmation de soi ? Une étude évaluative pilote Assertiveness by actor’s play training: A useful adjunct for assertiveness training? An evaluative pilot studyIndividuals in psychotherapy often report difficulties in assertiveness. Cognitive and behavioral therapeutic procedures have already proven

En psychothérapie, les patients rapportent fréquemment des difficultés d’affirmation de soi, difficultés pour lesquelles les procédures thérapeutiques cognitives et comportementales ont démontré leur efficacité. L’objectif de cette recherche est de vérifier qu’une nouvelle combinaison de techniques (« jeu de l’acteur » et programme classique d’affirmation de soi) améliore le bien-être des patients.

Ce programme est constitué de 10 séances alternativement animées par une actrice-metteuse en scène et par une psychologue-psychothérapeute. Les participants (N = 20) ont rempli des évaluations en pré et en post-test : questionnaire d’auto-efficacité sociale, échelles d’affirmation de soi, échelle d’estime de soi, échelle des aptitudes à la communication, échelles d’anxiété et de dépression.

Des améliorations statistiquement significatives ont été mises en évidence pour chaque variable dépendante étudiée, sauf pour l’échelle de communication.

La combinaison proposée permet bien une amélioration des différentes variables dépendantes mesurées même si les participants n’atteignent pas les scores d’un groupe contrôle exempt de difficultés d’affirmation de soi.

Individuals in psychotherapy often report difficulties in assertiveness. Cognitive and behavioral therapeutic procedures have already proven their effectiveness in helping these patients. Our study’s aim was to test the efficacy of a new combination of therapeutic procedures: actor’s play training and classical assertiveness program.

This program comprised 10 sessions alternatively animated by an actress and by a psychologist-psychotherapist. Subjects (N = 20) fulfilled pre and post-test assessments: social self-efficacy questionnaire, assertiveness scales, self-esteem scale, communication scale, anxiety and depression scales.

Statistically significant improvements appeared on each dependent variable, except for the communication scale. This program is effective in reducing difficulties in assertiveness even if scores did not reach control group’s scores.  

Aurélie Wagener, Muriel Delvaux, Danielle Sarto, Dominique Roodthooft, Sylvie Blairy

Lire l'article Recherches
Adaptation française et validation du Smith Relaxation States Inventory 3 French Adaptation and Validation of the Smith Relaxation States Inventory 3

L’objectif de la présente étude consiste en la traduction et la validation du Smith Relaxation States Inventory 3 (SRSI-3), l’Inventaire des états de relaxation de Smith 3 (IERS3), un instrument auto-administré qui mesure l'expérience subjective de la relaxation. L’IERS3 a été traduit en français en suivant certaines des procédures recommandées par R. J. Vallerand pour la validation trans-culturelle de questionnaires psychologiques. Le questionnaire a été rempli par 531 étudiants universitaires. La validité interne est établie par des analyses en composantes principales qui ont reproduit cinq facteurs sur sept de l’instrument originel (relaxation physique, disposition positive, somnolence, spiritualité, stress). Une nouvelle version de l’instrument est proposée, l’IERS3-29, qui regroupe les énoncés des cinq facteurs reproduits. Les résultats obtenus concernant la cohérence interne et la validité convergente sont discutés. Dans l’ensemble, l’IERS3-29 démontre un potentiel intéressant pour mesurer des expériences subjectives de relaxation tant en recherche qu’en clinique. Toutefois, les résultats obtenus sont préliminaires et d’autres études sont suggérées afin de confirmer les résultats de cette présente validation. 

 

The aim of the present research is to translate and validate in French a self-report instrument that measures subjective experience of relaxation, the Smith Relaxation States Inventory 3 (SRSI3) (Inventaire des états de relaxation de Smith 3 or IERS3). The IERS3 was translated in French using some of the procedures recommended by R. J. Vallerand for the trans-cultural validation of psychological questionnaires. Questionnaires were filled by 531 university students. Internal validity was established through factor analyses. Five factors out of seven were reproduced (Basic Relaxation, Positive Energy, Sleepiness, Spirituality and Stress). Based on these results, a new version of the questionnaire is suggested, the IERS3-29 which contains these five factors. Results concerning convergent validity and internal consistency are discussed. Overall, the IERS3-29 shows an interesting potential concerning the measurement of subjective experiences of relaxation both in research and in clinical psychology. However, the present results are preliminary in nature and other studies are required to confirm the results of this research.

 

Marie-Elaine Corbeil, Roger Marcaurelle, Claude Bélanger

Lire l'article Recherches
Approche cognitivo-comportementale biaxiale de la comorbidité psychiatrique dans le traitement de patients souffrant d’addictions Dual focus cognitive behavior therapy of psychiatric comorbidity in the treatment of addictive patients

Les patients souffrant de comorbidité entre dépendance aux substances et troubles psychiatriques posent souvent des problèmes qui peuvent conduire à des interruptions ou des ruptures du suivi thérapeutique. Les experts préconisent la conduite de traitements intégrés dans lesquels l’intervention porte à la fois sur les problèmes de consommation et les autres difficultés psychologiques ou sociales.

La thérapie cognitivo-comportementale biaxiale fait partie de ces approches intégrées. Elle s’appuie sur l’analyse fonctionnelle aussi bien d’épisodes de consommation que d’autres situations problèmes, selon les difficultés et besoins exprimés en début de séance. La thématique de chaque séance est décidée sur la base d’un accord mutuel et les liens potentiels entre difficultés psychosociales et consommations sont systématiquement examinés. Les interventions non focalisées sur l’addiction ne sont pas déléguées à un autre thérapeute. Il n’y a  pas de contrôle ou de monitoring spécifique des consommations. Les patients consommateurs ne sont jamais sanctionnés par un arrêt du suivi ou contraints de se concentrer sur leurs conduites addictives s’ils préfèrent aborder un autre problème.

Cet article présente l’évaluation pilote d’un traitement biaxial auprès de huit personnes souffrant d’addiction à différentes substances et présentant des comorbidités avec des troubles anxieux et de l’humeur. Les traitements se sont déroulés sur 14 à 24 séances hebdomadaires. Sept patients se déclarent abstinents lors des six dernières séances et on observe chez tous les patients une diminution générale de l’anxiété et des envies de consommer. L’approche biaxiale apparaît comme une stratégie d’intervention cognitivo-comportementale relativement simple et prometteuse.

 

Patients suffering from substance abuse and comorbid psychiatric disorders often pose problems that may lead to ruptures or interruptions of the therapy. Experts recommend for them integrated treatments addressing both their addiction and their other psychological or social difficulties.

Dual focus cognitive-behavioral therapy belongs to these integrated approaches. It is based on functional analyses of consumption but also of other relevant episodes, depending on the patient’s difficulties and needs expressed in the beginning of the sessions. The topic of each meeting is chosen by a mutual agreement. Potential relationships between consumptions and psychological difficulties are systematically examined. Interventions that focus on other problems than addiction are not delegated to other therapists. Consumptions are not specifically controlled or monitored. Patients who continue to use drugs are neither penalized by interruption of therapy nor compelled to target on their addictive behaviors if they prefer to tackle another problem.

We conducted a pilot study evaluating a bi-focal treatment by eight patients suffering from addiction to different substances and comorbidity with anxiety or mood disorders. At the end of the therapy, seven patients have reached abstinence during the last six sessions. A general decrease of anxiety and cravings has been observed in all of them. The dual focus approach appears to be a cognitive behavioral therapeutic intervention that is relatively simple and promising. 

 

Javad Nazery, Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
Les psychologues et la méditation pleine conscience: le besoin de comprendre l’interface entre la psychologie et la spiritualité Psychologists and mindfulness meditation: the need to understand the interface between psychology and spirituality

De plus en plus d’études empiriques appuient l’utilisation de la méditation pleine conscience (MPC) dans la psychothérapie et la croissance personnelle. Nous assistons simultanément à une intégration à grande échelle de la spiritualité comme source d’outils thérapeutiques nouveaux directement utilisables dans le contexte de la psychothérapie.  L’introduction de la MPC en psychothérapie est loin de se réduire au simple ajout d’une technique dans l’ensemble des outils thérapeutiques déjà existants. Plusieurs psychologues et scientifiques présentent la MPC comme un moyen de développer une manière d’être qui, tôt ou tard, comporte des aspects spirituels, voire mystiques. Comment donc concevoir la formation à l’enseignement de la MPC dans le contexte contemporain de la psychothérapie laïque? L’auteur identifie six problèmes potentiels qui peuvent interférer avec une utilisation adéquate de la MPC en contexte psychothérapeutique : (1) une méconnaissance de l’interface entre psychologie et spiritualité ; (2) un savoir limité au sujet des modèles des états de conscience optimaux ; (3) des informations partielles sur la typologie des formes de méditation ; (4) une connaissance incomplète des données empiriques sur les effets des diverses formes de méditation ; (5) une maîtrise incertaine de la manière d’intégrer la MPC dans la pratique clinique du psychothérapeute ; (6) une pratique personnelle insuffisante de la MPC. L’auteur plaide pour que ces six points soient abordés avec rigueur lors de la formation à l’enseignement de la MPC, afin que les psychothérapeutes puissent utiliser cette méthode en pleine connaissance de cause, et avec le  savoir, le savoir-faire et le savoir-être suffisants pour garantir une application de la MPC  qui soit laïque, éclairée, cohérente, adaptée et efficace.

 

More and more empirical studies support the use of mindfulness meditation (MM) in psychotherapy and personal growth.  A large-scale integration of spirituality as the source of new therapeutic tools for direct use in psychotherapy is now occurring simultaneously.  The introduction of MM in psychotherapy is far from being the simple addition of a technique among existing tools.  Many psychologists and scientists talk about MM as a means to develop a way of being which sooner or later involves dimensions that are spiritual, if not mystical.  How then is training in teaching MM to be designed in the context of contemporary secular psychotherapy?

The author identifies six potential problems which can interfere with proper use of MM in the context of psychotherapy: (1) limited knowledge about the interface between psychology and spirituality; (2) lack of acquaintance with models of optimal states of consciousness; (3) partial information about the typology of the various forms of meditation; (4) incomplete empirical data on the effects of the different types of meditation; (5) doubtful skills in how to integrate MM in clinical practice; (6) insufficient personal practice of MM.  The author advocates that these six points be addressed in a systematic way during training in the teaching of MM.  This should enable psychotherapists to use this method with full knowledge of the facts, including the how-to-do and the how-to-be, as a way to make sure that the application of MM will be secular, informed, coherent, well-adapted and efficient.  

 

Roger Marcaurelle

Lire l'article Recension de livre
Quand la mort est traumatique. Passer du choc à la sérénité. Pascale BRILLON

Valentino Pomini

Lire l'article

2015 - Volume XX - Septembre - N°2


Editorial
Un ami nous a quittés

Valentino Pomini

Lire l'article Editorial
Hommage à Ovide Fontaine

Michel Ylieff, Martine Bouvard

Lire l'article Recherches
Etude de cas : L’apport des neurosciences dans le traitement des troubles anxieux chez deux personnes vivant dans une situation de handicap mental et souffrant d’un trouble du spectre de l’autisme Case study: the contribution of the neurosciences in the treatment of the anxiety disorders at two people living with autism spectrum disorders and intellectual disabilities

L’oculométrie peut être un outil pertinent pour aider la thérapie cognitive comportementale afin d'améliorer la désensibilisation systématique chez des patients vivants avec des troubles du spectre autistique et une déficience intellectuelle.

Nos résultats montrent que la désensibilisation systématique in vivo avec l’oculométrie a aidé à développer des exercices in vivo. De plus, l'évaluation en utilisant l'oculométrie a permis de contourner le problème de la compréhension langagière et a permis également une évaluation fine et objective du problème et de l’avancée des progrès durant la désensibilisation. Nous considérons que l’oculométrie pourrait être intégrée dans les routines cliniques afin d'accroître les résultats des thérapies.

 

Mobile eye-tracking can be a powerful tool to help in cognitive behavioral therapy in order to improve systematic desensitization in individuals with autistic spectrum disorders and intellectual disabilities.

Ours results show that the systematic in vivo desensitization with the Mobile eye-tracker helped develop individualized in vivo exercices.  The evaluation using the Mobile eye-tracker, something which bypasses language deficits, could be integrated into clinical routines in order to increase therapy results.

 

Fabienne Giuliani, Pierre El Korh

Lire l'article Recherches
Comportements-défis et gestion du stress : implication de la recherche dans la formation des professionnels Challenging behaviours and stress management: implication of research in staff training

Bien que de nombreuses recherches aient démontré l’efficacité des interventions comportementales par rapport aux comportements-défis des personnes présentant une déficience intellectuelle, de telles interventions sont peu ou pas appliquées sur le terrain. Le stress vécu par le personnel éducatif face aux comportements-défis peut être une des raisons expliquant ce fait. Les résultats de la recherche sur le sujet permettent de mieux comprendre le vécu de stress dans de telles situations. Ils mettent également en évidence l’importance de prendre en compte la singularité des professionnels et des situations. En s’appuyant sur les résultats de la recherche, cet article propose d’inclure une démarche individuelle de gestion du stress dans la formation des professionnels.

 

If there is a confirmation of the efficacy of behavioural interventions to manage challenging behaviours of people with intellectual disabilities, there is a lack of evidence regarding their implementation. Different reasons for this are documented; one reason is related to the stress experienced by the professionals when facing a challenging behaviour. Results of research allow a better understanding of staff experience of stress in such situations. The importance to address the singularity of professionals and situations is reported. By taking these considerations into account, this article suggests an inclusion of strategies for managing stressful situations in the training of professionals. 

 

Annick Cudré-Mauroux

Lire l'article Recherches
L’évaluation de l’implantation d’une ressource spécialisée pour personnes avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme et un trouble grave du comportement Implementation assessment of a specialized resource for persons with intellectual disability or autism spectrum disorder and severe behavioural disorders

La Maison Lily-Butters (MLB) est une ressource qui offre des services spécialisés pour l’évaluation et la stabilisation de personnes présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme lorsque l’une ou l’autre de ces conditions s’accompagne de troubles graves du comportement (TGC). C’est une ressource transitoire qui vise à mieux comprendre les causes des TGC afin d’offrir des interventions adaptées pour ensuite réorienter la personne vers le milieu résidentiel le mieux adapté à ses besoins.

Cet article présente les résultats de l’évaluation de l’implantation du programme de cette ressource. Il consiste à faire l’analyse des écarts entre ce qui a été prévu dans les documents définissant le programme de la ressource et ce qui s’est actualisé, vingt mois après son ouverture. L’évaluation a été réalisée en fonction des trois composantes du programme qui sont l’aménagement physique, la structure organisationnelle et le processus clinique.

 

The Maison Lily Butters (MLB) is a facility which offers specialized services for the evaluation and stabilization of persons presenting an intellectual disability or autism spectrum disorder, when both of these are accompanied by serious challenging behaviours (SCB). It is a transitory resource that aims to better understand the causes of SCB in order to offer adapted interventions, which reorient persons towards the residential setting best suited to their needs. This article presents the results from the evaluation of the implemented program of the MLB. It consists of a gap analysis to compare what was expected prior to and what actually occurred twenty months after the opening of this facility, based on the documents which describe the program. The evaluation was performed according to three components: the physical facilities, the organizational structure and the clinical process of the program. 

 

Diane Morin, Mélina Rivard, Céline Mercier, Claire Robitaille

Lire l'article Recherches
Étude des particularités sensorielles des adultes avec autisme Study of the sensory characteristics of adults with autism

L’autisme est fréquemment décrit comme un désordre des sens et nombreux sont les travaux qui témoignent de la vulnérabilité des personnes avec autisme au plan sensoriel (Tardif, 2010). Il existe toutefois très peu d’outils permettant d’évaluer les singularités sensorielles et encore moins d’outils validés en français et adaptés aux adultes avec des Troubles du Spectre de l’Autisme et un retard mental. Pourtant, les troubles sensoriels nuisent à leur adaptation et peuvent altérer la qualité de vie. Nous proposons un nouvel outil, l’ESAA : Evaluation Sensorielle de l’Adulte avec Autisme, dont les études de validation ont été menées auprès d’un groupe clinique de 118 adultes avec autisme. Cette échelle permet d’évaluer la sévérité des perturbations de la réactivité sensorielle de chaque personne pour l’ensemble des modalités sensorielles. Les résultats permettent d’identifier des profils sensoriels différenciés selon les caractéristiques des personnes évaluées. Cette variabilité des réponses sensorielles montre que ce nouvel outil est pertinent pour déterminer les particularismes sensoriels et également pour approfondir les connaissances cliniques concernant les personnes avec autisme. 

 

Autism is frequently considered as a sensory disorder and there is a large body of work testifying of sensory issues in autistic people (Tardif, 2010). Not only is there a few instruments enabling sensory investigation, but even fewer tools validated in French adapted to autistic adults. Nevertheless sensory issues hamper the adaptation of autistic people to their environment. We propose a new tool, SEAA, Sensory Evaluation of Adults with Autism, which was validated on clinical group of 118 adults with autism. Our tool aims at helping professionals to evaluate the sensory symptomatology by distinguishing sensory areas that malfunction from the ones that react normally. The results allow us to distinguish sensory profiles depending on the person’s characteristics. The observed variations indicate that our tool is efficient in identifying sensory profiles and in extending clinical knowledge of people with autism. 

 

Claire Degenne, M. Wolff, D. Fiard, K. Lebreton, A. Boussès, E. Zbinden, M.  Donzeau, M-V Thorel, M.  Schuster, J.-P. Malen, S. Recordon-Gaboriaud, F. Pasquet, V. Coco, T. Lhermenier, M.-O. Hoswald, S. Péan, I. Picard, E. Cappe, J.-L. Adrien

Lire l'article Recension de livre
Freud, S. (1886-1893) L’hypnose. Textes — 1886-1893.

Jacques van Rillaer

Lire l'article

2015 - Volume XX - Décembre - N°3


Editorial
2015, une année particulière

Lire l'article Recherches
Maximiser la thérapie par exposition : une approche basée sur l’apprentissage par inhibition Maximizing exposure therapy: an inhibitory learning approach

La thérapie par exposition est une approche efficace dans le traitement des troubles anxieux, bien qu’un nombre substantiel d’individus n’en obtiennent pas de bénéfices ou font l’expérience d’un retour de la peur après le traitement. La recherche suggère que les personnes anxieuses présentent des déficits dans les mécanismes qui seraient impliqués dans la thérapie par exposition tels que l’apprentissage par inhibition. Cibler ces processus pourrait contribuer à améliorer l’efficacité des procédures basées sur l’exposition. Bien que des preuves empiriques soutiennent un modèle de l’extinction basé sur l’apprentissage par inhibition, la manière d’implémenter ce modèle dans la pratique clinique a été peu élaborée. L’objectif principal de cet article est de fournir aux cliniciens des exemples de la façon d’appliquer ce modèle afin d’optimiser la thérapie par exposition avec des clients anxieux, de manière distincte d’une approche « d’habituation de la peur » ou d’ « infirmation des croyances » dans une thérapie comportementale et cognitive classique. Les stratégies d’optimisation de l’exposition incluent 1) la violation des attentes, 2) l’extinction en profondeur, 3) l’extinction occasionnellement renforcée, 4) la suppression des signaux de sécurité, 5) la variabilité, 6) les indices de récupération, 7) les contextes multiples, et 8) l’étiquetage de l’affect. Des études de cas illustrent les méthodes d’application de ces techniques dans une variété de troubles anxieux incluant le trouble obsessionnel-compulsif, le syndrome de stress post-traumatique, la phobie sociale, la phobie spécifique et le trouble panique.

 

Exposure therapy is an effective approach for treating anxiety disorders, although a substantial number of individuals fail to benefit or experience a return of fear after treatment. Research suggests that anxious individuals show deficits in the mechanisms believed to underlie exposure therapy, such as inhibitory learning. Targeting these processes may help improve the efficacy of exposure-based procedures. Although evidence supports an inhibitory learning model of extinction, there has been little discussion of how to implement this model in clinical practice. The primary aim of this paper is to provide examples to clinicians for how to apply this model to optimize exposure therapy with anxious clients, in ways that distinguish it from a ‘fear habituation’ approach and ‘belief disconfirmation’ approach within standard cognitive-behavior therapy. Exposure optimization strategies include 1) expectancy violation, 2) deepened extinction, 3) occasional reinforced extinction, 4) removal of safety signals, 5) variability, 6) retrieval cues, 7) multiple contexts, and 8) affect labeling. Case studies illustrate methods of applying these techniques with a variety of anxiety disorders, including obsessive-compulsive disorder, posttraumatic stress disorder, social phobia, specific phobia, and panic disorder.

 

Pierre Philippot, Vincent Dethier, Bram Vervliet, Michael Treanor, Chris Conway, Tomislav ZBOZINEK, Michelle G. Craske

Lire l'article Recherches
Addiction et passage à l’acte suicidaire : des processus cognitifs similaires ? Addiction and passage to the suicidal act : similar cognitive processes ?

L’objectif de cet article est de proposer une lecture spécifique des idées suicidaires inspirée du modèle cognitif des addictions. En effet, les cognitions amenant un individu à décider de son suicide peuvent être le matériel de travail d’une psychothérapie cognitive préventive. Nous faisons ici l’hypothèse que certaines de ces pensées suicidaires relèvent de processus similaires à ceux rencontrés dans les addictions et autorisant directement la consommation, notamment les pensées permissives du type « Je ne serai ni le premier ni le dernier », « Personne ne s’en rendra compte » ou encore « Je l’ai bien mérité après tout ». L’analyse fonctionnelle du cas d’une patiente sera interprétée à la lumière des modèles cognitifs existants du comportement addictif et suicidaire. Nous élaborerons un parallèle entre les pensées suicidaires rapportées par notre patiente et les croyances rapportées par Beck et al. (1993) dans leur modèle cognitif des comportements addictifs impliquant des pensées anticipatoires (A), soulageantes (S) et permissives (P). Cette étude de cas pourra ainsi représenter le point de départ d’un examen du rôle des pensées permissives dans la crise suicidaire, et plus particulièrement dans la décision finale qu’est le passage à l’acte.

 

The objective of this paper is to propose a specific reading of suicidal ideas involved into the action’s decision making. Indeed, cognitions which lead an individual to decide his/her suicide may be the working tools for a preventive cognitive psychotherapy. We make the assumption that some of these suicidal thoughts would pertain to similar processes to those encountered in addictions and allowing the consumption process directly, permissive thoughts especially, such as: "I will be neither the first nor the last", "Nobody will report "or "I deserved it after all". The functional analysis of the case of a patient will be interpreted in the light of existing cognitive models of addictive and suicidal behavior. We will develop a parallel between suicidal thoughts reported by our patient and the beliefs reported by Beck et al. (1993) in their cognitive model of addictive behaviors involving anticipatory (A), soothing (S), and permissive (P) thoughts. This case study may well represent the starting point for an examination of the role of permissive thoughts in suicidal crisis, especially into the final decision that is the passage to the act.

 

Coralie Hatteschweiler, Pierluigi Graziani, Mélanie Bon, Elodie Charbonnier

Lire l'article Recherches
Présentation d’un atelier de «socio-esthétique» pour adolescents souffrant de troubles psychiatriques Presentation of a « socio-aesthetic » workshop for adolescents suffering from psychiatrics disorders

Chez des patients adultes souffrant de troubles psychiatriques, on a pu mettre en évidence les apports positifs des soins esthétiques (Bruchon-Schweitzer, 1990). On peut donc se demander si à l’adolescence, on peut également observer un même effet positif de tels soins. Afin de fournir une première réponse à cette question, nous avons conduit une étude pilote sur des patients âgés de 13 à 18 ans, affectés de différentes pathologies psychiatriques et soignés dans un centre thérapeutique de jour. Durant quatre mois, le programme d’intervention thérapeutique incluait des activités esthétiques traitant du look, de l’apprentissage de l’art du maquillage et des soins du visage. Quelques exemples, rapportés de la communication privilégiée qui s’établit durant ces activités, démontrent qu’ils répondent à une demande des patients éprouvant un malaise lié à leur apparence physique. Au terme de l’expérience, des effets positifs sur l’estime de soi ont été constatés. Les jeunes, initialement peu enclin à choyer leur corps en raison de leurs troubles, prenaient soin de leur apparence. Leur humeur était devenue plus stable et positive. Les membres multidisciplinaires du personnel soignant reconnaissent unanimement que ces ateliers fourniraient un appoint thérapeutique utile pour les adolescents en difficultés, quel que soit leur diagnostic psychiatrique.

 

Positive outcomes of aesthetics practice were reported in adult patients suffering from psychiatric disorders (Bruchon-Schweitzer, 1990). The question can therefore be asked if these positive effects are also present in teenagers. In order to establish a first answer to this question, we conducted a pilot study with patients aged from 13 to 18 years old, affected by various psychiatric pathologies and followed in a day care center. During four months, the therapeutical program included aesthetics workshops treating the themes: “look”, “learning make-up art” and “care of face’s skin”.

Some examples, brought back from the privileged communication that is created during these activities, demonstrate there is a demand from patients that are suffering from a discomfort related to their physical appearance. At the end of this experimentation, results showed an improvement of self-esteem. More specifically, concerning the bodily esteem, the youths were more invested into taking care of their physical appearance. Their mood was more stable and positive. All of the multidisciplinary caregivers acknowledge that the « socio-aesthetics » workshops could be considered as a complementary therapeutic approach for teenagers in difficulties, whatever their psychiatric diagnosis.

 

Cynthia Moulin, Sébastien Urben, Frédéric Lambelet, Laurent Holzer

Lire l'article Recherches
L’activation comportementale pour améliorer l’humeur chez les survivants du cancer : Étude de cas uniques Behavioral activation to help cancer survivors improve their mood : A single-case study

Les survivants d’un cancer s’estiment souvent mal préparés à vivre la période de transition qui suit la fin des traitements pour un cancer. Les tâches de réadaptation exigeantes, combinées aux effets secondaires des traitements, peuvent mener à l’utilisation de stratégies de coping inefficaces susceptibles de générer un cycle négatif de dépression. L’activation comportementale cible précisément ce cycle négatif marqué par l’évitement. Cette étude de cas uniques à niveaux de base multiples évalue : 1) la faisabilité et l’acceptabilité, et 2) l’efficacité d’une intervention d’activation comportementale de neuf séances hebdomadaires auprès de trois survivants d’un cancer. Cette étude évalue la dépression et l’anxiété au moyen de questionnaires autorapportés à quatre temps de mesure (pré/post intervention et deux suivis post-test), en plus d’autoenregistrements quotidiens. Les participants se sont montrés hautement satisfaits à l’égard de l’intervention et compliants. Deux d’entre eux ont significativement amélioré leur humeur (anxiété et dépression). L’activation comportementale constitue une intervention prometteuse pour améliorer l’humeur à la phase de transition qui suit la fin des traitements pour un cancer. 

 

Cancer survivors often feel ill-prepared during the transitional period following cancer treatments. Demanding rehabilitation tasks combined with late effects of cancer and its treatment are conducive to the use of ineffective coping mechanisms that may lead to a depressive loop. Behavioural activation specifically targets this negative cycle marked by avoidance. This study using a multiple-baseline single-case design across individuals aims at examining: 1) the feasibility and acceptability, and 2) the efficacy of nine weekly sessions of a behavioural activation on cancer survivors based upon the results obtained amongst three participants. Treatment outcome was assessed with self-report questionnaires at four time points (pre-post tests and two follow-ups) and daily self-monitoring. Patients reported a high level of satisfaction and the treatment administration showed excellent integrity and compliance. Two out of the three patients improved their depressive and anxiety levels significantly. Behavioural activation is an intervention showing promise to improve mood at the critical post-treatment phase following cancer treatment.

 

Marie-Claude Blais, Pierre Gagnon, Hans Ivers, Jean-Marie Boisvert

Lire l'article Recension de livre
La psychothérapie centrée sur les émotions (Ueli Kramer et Emma Ragama)

Sabrina Caillet-Zahler

Lire l'article Reportage
Posters présentés à la 42ème Journées Scientifique de l'AEMTC

Lire l'article

2014 - Volume XIX - Décembre - N°3


Editorial
Autisme et déficience intellectuelle : associer clinique et recherche

Ghislain Magerotte, Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
Programme francophone de formation pour les parents d’enfants avec un TSA : fondements et contenus A French training program for parents of children with ASD: foundations and content

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) ont des conséquences tant sur le développement des enfants eux-mêmes que sur leurs familles. Les parents, devant faire face aux difficultés spécifiques liées à l’autisme de leur enfant, présentent davantage de stress et de symptômes dépressifs que la population générale. Cela affecte la qualité de vie familiale. La participation à des programmes psychoéducatifs de formation aux habiletés parentales est susceptible d’entraîner des effets positifs sur le stress parental, le développement de l’enfant et la relation parents-enfant. Cet article présente les fondements théoriques, les objectifs et le contenu d’un programme francophone de formation aux habiletés parentales basé sur l’analyse appliquée du comportement. Ce programme, offert en groupe, vise à outiller les parents d’enfants ayant un TSA et âgés de moins de 7 ans vers une meilleure compréhension des caractéristiques associées à ce trouble ainsi que vers des pratiques d’intervention parentales efficaces et conviviales pour la famille. L’implantation et l’évaluation de cette nouvelle intervention suivront les critères internationaux de qualité en recherche psychosociale pour des personnes ayant un TSA. 

 

Autism spectrum disorders (ASD) not only affect the development of the child diagnosed with this disorder, but also the entire family. Parents of children with ASD face many challenges related to this disorder. As a result, they experience higher level of parenting stress and depression than the general population. It affects the family's quality of life. The potential benefits of parent training are: reduced stress for parents, improvements in child development and better parent-child interactions. This article introduces the foundations, goals and contents of a French parent training program based on applied behavior analysis. The group psychoeducation aims to give parents of children with ASD aged less than 7 years old a better comprehension of the disorder, as well as effective and friendly parenting skills. The application and evaluation of this new intervention technique will follow the recommendations for research studies on psychosocial interventions for individuals with ASD.

 

Jennifer Ilg, Annie Paquet, Laure Wolgensinger, Benoît Dutray, Mélina Rivard, Myriam Rousseau, Jacques Forget, Stéphane Haut-Charlier, Céline Clement, Laure Wolgensinger

Lire l'article Recherches
Intervention cognitive et comportementale auprès d'une personne atteinte du syndrome de Down avec une déficience intellectuelle et qui présente des comportements-défis Cognitive-behavioral intervention with a person living with a Down syndrome, an intellectual disability and challenging behavior

L’intervention cognitive et comportementale des troubles du comportement, que nous nommerons comportement-défis selon Willaye et Magerotte (2010), auprès de personnes atteintes du syndrome de Down (trisomie 21) accompagné d’une déficience intellectuelle n’a pas encore, à notre connaissance, été largement diffusée auprès des professionnels du social et de la santé.

            Cette étude illustre une intervention cognitive et comportementale auprès d’une personne atteinte du syndrome de Down et d’une déficience intellectuelle dans son milieu professionnel protégé. Au cours de notre démarche socio-thérapeutique, nous avons développé trois programmes: le premier consiste en une gestion du stress, le second est lié aux habiletés sociales et le troisième est rattaché aux émotions.

            Les résultats indiquent que la personne a répondu positivement à notre intervention et aux trois programmes mis en place. Ils se sont montrés efficaces dans la réduction du stress et l'augmentation des habiletés sociales, ainsi que dans l’expression des émotions.

 

The cognitive-behavioral intervention in challenging behavior (Willaye and Magerotte,2010), beside people living with Down's syndrome and an intellectual disability has not, to our knowledge, been widely distributed to social workers and mental health professionals.
            This study illustrates a cognitive-behavioral intervention for a person with Down syndrome and intellectual disabilities in a sheltered workshop. In the course of our socio-therapeutic approach, we have developed three programs. The first consists in the management of stress, the second related to social skills and the third linked to emotions.

            The results indicate that the person has responded positively to our intervention and the three implemented programs. They were effective in reducing stress and in increasing the social skills and emotional expression.

 

Macha Rätz

Lire l'article Recherches
Etude de cas: L’oculométrie au service du programme TEACCH chez deux adolescents avec des troubles du spectre de l’autisme. Using eye-tracking as support for the TEACCH program and two teenagers with autism-spectrum disorders

L'eyetracking peut être un outil très intéressant pour aider à concevoir des stratégies de remédiation cognitive chez des personnes vivant avec un handicap mental et des troubles du spectre de l'autisme.  Notre étude de cas a montré que les 2 adolescents effectuent moins de points de fixation durant leur balayage visuel contrairement à leurs pairs dont le développement est normal.  Après un an de remédiation, les adolescents ont amélioré leur balayage visuel.  Ces résultats préliminaires montrent qu'une évaluation et une intervention effectuées dans des conditions écologiques donnnent des résultats encourageants.

 

Mobile eye-tracking can be a powerful tool to help in designing strategies to improve learning in person with autistic spectrum disorders.

The two teenagers with autism disorder use less fixation points to look at these scenes and was slower than peers with normal development. After one year of individualized treatment, the teenager's competences in eye contact with target points were improved.

These preliminary results show that the intervention should take place in ecological conditions and the evaluation using Mobil eye-tracker which bypass language deficits, could be integrated into the clinical routine to increase generalization.

 

Fabienne Giuliani, Viviane Perrenoud, Jérôme Favrod

Lire l'article Recherches
Un nouvel instrument d’évaluation des altérations du comportement auditif chez l’enfant avec autisme : l’échelle EACAA-E (Echelle Altérations Comportement Auditif Autisme-Enfant) A new auditory behavior alterations rating scale for children with autism: the ABAA-C.

L’autisme de l’enfant est un trouble envahissant du développement, qui affecte toutes les fonctions sensorielles, perceptives, cognitives, communicatives, émotionnelles et relationnelles. Pourtant, défini par la triade autistique (1) une altération qualitative des interactions sociales, (2) une altération qualitative de la communication verbale et non verbale et de l’imagination, (3) un caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des centres d’intérêts et des activités (CIM-10, OMS 1993 ; DSM-IV-TR, 2003), la définition de l’autisme de l’enfant n’a pas inclus les particularités sensorielles dont attestent pourtant à la fois les personnes avec autisme et les travaux récents. La dernière version du DSM (DSM 5, 2013) a cependant intégré ces particularités dans le second critère diagnostique du trouble du spectre de l’autisme

     Dans ce contexte, cet article présente un outil original, une Echelle d’évaluation des Altérations du Comportement Auditif pour Autisme de l’Enfant, l’EACAA-E, et les études d’une part de sa validation psychométrique et d’autre part du lien entre la symptomatologie sensorielle auditive et le degré de sévérité du retard mental et l’intensité de la symptomatologie autistique. L’échelle a été administrée à 15 enfants atteints de trouble autistique, âgés de 3 à 7 ans, diagnostiqués selon les critères de la DSM-IV et à l’aide de la CARS et bénéficiant d’une prise en charge globale intégrative en hôpital de jour, incluant une thérapie individuelle, la Thérapie d’Echange et de Développement, TED (Barthélémy et al. 1995). Les différentes analyses psychométriques montrent les qualités de l’échelle. Une analyse en composante principale met à jour 3 facteurs expliquant 78,6 % de la variance. L’étude des liens entre les altérations du comportement auditif et le retard et l’autisme démontre que plus le quotient de développement est élevé mois sont importantes les perturbations auditives. De même, la sévérité des altérations du comportement auditif est indépendante de la sévérité de l’autisme Enfin, l’échelle EACAA-E est sensible aux changements induits par la prise en charge intégrative globale incluant une thérapie individuelle, la Thérapie d’Echange et de Développement durant la période de 9 mois. Ces changements sont attestés par une diminution significative des scores totaux des symptomatologies à la fois sensorielle auditive et autistique.

 

Autism in children is a pervasive developmental disorder that affects all neuropsychological functions: sensory, perceptual, cognitive, communicative, emotional and relational. However, while mainly defined by a symptomatic triad (1. qualitative impairment in social interaction 2. qualitative impairment in verbal and nonverbal communication and imagination, 3. restricted and repetitive patterns of behavior, interest, and activities) ((ICD-10; World Health Organization, 1993), autistic syndrome’ definition does not include sensory characteristics exhibited in many testimonies of people with autism. However, last version of DSM (DSM 5, 2013) integrated theses sensorial peculiarities in the autism spectrum disorders ‘second diagnostic criteria.

     In this context, this paper presents a new scale for assessment of sensorial auditory peculiarities, the Auditory Behavior Alterations Scale for children with Autism Spectrum Disorders (ABAS-ASD) and studies on the one hand, of its psychometric validation and on the other hand, of relationships between auditory sensorial symptomatology and mental retardation severity degree and autistic symptomatology intensity. The scale was administered to 15 children with autistic disorder, aged 3 to 7 years, whose diagnosis was made with DSM-IV-TR criteria and with the CARS, and benefiting of an Integrative Global Intervention in an Hospital Center, including an individual therapy, The Exchange and Development Therapy, EDT (Barthélémy et al. 1995). Different psychometric analyses show evidence of the scale psychometric qualities. A main component analysis show evidence of three factors representing 78,6% of variance. Correlations analyses show that higher was overall developmental quotient, lower were auditory behavioral alterations; moreover, auditory behavioral alterations was independent of autism degree. At last, the new scale was sensitive to changes induced by integrative global intervention including Exchange Development Therapy during a 9 months period. These changes were attested by a significant decreasing of overall scores of both auditory behavioral alterations and autistic symptomatology. 

 

Marina Filipova, Aurore Boulard, Romuald Blanc, Catherine Barthélémy, Jean-Louis Adrien

Lire l'article Recension de livre
Mieux vivre avec la schizophrénie - Recension

Marie Boulanger

Lire l'article Reportage
Posters 41èmes Journées Scientifiques de l'AEMTC

Lire l'article

2014 - Volume XIX - Juillet - N°2


Editorial
Que de chemin parcouru, que de chemin à parcourir encore !

Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
Trouble Obsessionnel Compulsif de l’enfant et thérapie comportementale et cognitive Childhood Obsessive Compulsive Disorder and Cognitive-Behavioral Therapy

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) de l’enfant a la même prévalence que chez l’adulte. Les traitements efficaces pour le TOC de l’adulte le sont également pour les enfants souffrant d’un TOC. La thérapie comportementale et cognitive (TCC), en particulier l’exposition avec prévention de la réponse (EPR) et le traitement pharmacologique tel que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) apparaissent être les traitements de choix dans le TOC de l’enfant. Notre objectif est de mettre en évidence la particularité de la prise en charge lorsqu’on s’adresse à un enfant ainsi que les différences avec l’adulte souffrant d’un TOC. Avec les enfants et leurs parents, l’emphase est mise sur la psychoéducation, ou transmission des connaissances au sujet. Les parents sont pris comme co-thérapeutes pour superviser le travail d’exposition au domicile. Le recours à un système de récompenses suite à l’EPR est recommandé.

Children and adults have the same prevalence of Obsessive Compulsive Disorder (OCD). Besides, treatments that work with OCD adults are generally effective with OCD children. Cognitive behavioral therapy (CBT), particularly Exposure with response prevention (ERP) and pharmacological treatment such as Selective serotonin re-uptake inhibitors (SSRIs) appear to be the best treatment for OCD children. Our goal is to highlight the particularity of the care for OCD children as well as the differences with adults suffering from OCD. With children and their parents, the emphasis is put on psychoeducation, or transmission of knowledge. Parents are taken as co-therapists to supervise the exposure tasks at home. The use of a reward system following the EPR is recommended.

Martine Bouvard, Virginie Bacconnet Dufour

Lire l'article Recherches
Nouvelle approche cognitive pour le traitement du trouble obsessionnel-compulsif: l’approche basée sur les inférences Novel Cognitive Approach in the Treatment of Obsessive-Compulsive Disorder : The Inference Based Approach

L’approche basée sur les inférences (ABI) est un récent modèle cognitif du trouble obsessionnel compulsif (TOC). Elle a été développée pour répondre à certaines lacunes soulevées dans la littérature, notamment par rapport à la thérapie pour les clients qui présentent un haut degré de conviction envers leur obsession. Les modèles cognitifs et comportementaux de conceptualisation et de traitement du TOC seront d’abord présentés ainsi que les critiques y étant associées. Les bases conceptuelles et empiriques sous-jacentes à l’ABI seront également détaillées. L’ABI considère que la première étape du processus obsessionnel est un doute (p.ex., «peut-être que j’ai oublié de verrouiller ma porte»). La thérapie basée sur les inférences (TBI) vise à modifier le raisonnement idiosyncrasique qui génère et maintient le doute. Elle a pour but d’aider la personne à se fier à la réalité qu’elle perçoit, à faire confiance à ses sens et au sens commun. Selon ce modèle, les thérapies cognitives et comportementales (TCC) qui ciblent les évaluations cognitives, l’exposition aux conséquences anticipées ou la prévention des compulsions visent des composantes subséquentes du processus obsessionnel. Les implications cliniques associées à l’ABI sont abordées. 

 

The inference-based approach (IBA) is a recent cognitive model of obsessive-compulsive disorder (OCD). It was developed to fill certain gaps raised in the literature, in particular with regard to therapy for the clients who present a high degree of conviction in their obsession. The cognitive and behavioral conceptualization and treatment of OCD is presented and critically evaluated. The underlying theory and empirical bases of IBA are also detailed. IBA considers that the first stage of the obsessional process is pathological doubt (e.g., " maybe I forgot to lock my door "). The inference-based therapy (IBT) aims to modifying the idiosyncratic reasoning which generates and maintains the doubt by helping the client to trust reality which is perceived and to trust the senses and common sense. According to IBA, pathological doubt precedes later cognitive evaluations and anticipated consequences of the obsession and subsequent rituals and neutralization. Targeting doubt facilitates the elimination of these later appraisals. The clinical implications associated with the ABI are discussed.

 

Valérie Perreault, Kieron O'Connor

Lire l'article Recherches
L’éjaculation précoce : une revue de questions Premature ejaculation: A review of topics

L’éjaculation précoce (EP) est un trouble qui répond à trois critères : (1) une éjaculation rapide, (2) un sentiment de manque de contrôle sur celle-ci et (3) une détresse relative à la situation. Par delà ces repères, les manières de diagnostiquer le trouble diffèrent toutefois selon les auteurs. Le critère de rapidité semble le plus controversé, certains en laissant l’appréciation au seul sujet, d’autres imposant des latences éjaculatoire maximales. Bien qu’elle ait essuyé de nombreuses critiques, notamment quant à l’absence de repères objectifs de vitesse, la définition du DSM-IV(-TR) reste la plus couramment employée.

Le trouble touche environ 15 à 30% de la population masculine, mais les estimations varient énormément en fonction des méthodologies adoptées et des populations considérées.

Plusieurs facteurs peuvent concourir à son apparition. Il est certainement possible d’incriminer des risques bio-constitutionnels, des facteurs d’apprentissage, des influences culturelles et cognitives et le rôle de l’anxiété. Aucune donnée solide ne permet de mettre en cause des traits de personnalité autres qu’anxieux. Quant à l’influence de l’âge, elle reste un objet de controverses.

Des techniques cognitivo-comportementales s’avèrent efficaces pour traiter l’EP. Les taux de succès apparaissent cependant variables et la nature des processus efficients n’est pas totalement claire. Des molécules sérotoninergiques peuvent également être employées efficacement de même que l’application locale de gels anesthésiants, mais leur action reste strictement symptomatologique. L’utilité des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 est pour sa part contestée. La combinaison d’approches psychosexologiques et pharmacologiques pourrait se révéler fructueuse mais on ne dispose pas encore de suffisamment d’essais cliniques pour l’affirmer.

Bien que des traitements efficaces existent, peu de gens semblent y recourir de façon satisfaisante. Des efforts devraient être déployés afin de rendre les traitements plus accessibles au public et afin de former adéquatement les intervenants en santé.

 

Premature ejaculation (PE) is a disorder characterized by three components: (1) a rapid ejaculation, (2), a feeling of lack of control upon ejaculation, (3) and a distress related to this condition. The criterion of rapidity appear to be most controversial: some authors refer only to subjects’ judgment, while other ones set a maximum ejaculatory latency. Although it focused some criticisms related to a lack of objective latency criteria, the definition of PE propounded by the DSM-IV(-TR) remains most currently used.

PE affects about 15 to 30% of the male population. However, the estimations can vary widely depending on populations and methodologies.

Several factors contribute to the occurrence of the disorder: one may very probably charge bio-constitutional risks, learning factors, cultural and cognitive influences and the role of anxiety. No robust data allow to implicate personality factors other than anxiety. The influence of the age remains a controversial topic.

Cognitive-behavioral techniques appear to be quite efficient in the treatment of PE. However the success rates are variable, and the precise nature of the therapeutic active process remains unclear. Serotonergic drugs and local anesthetics are also efficient, but their action remains strictly symptomatic. The usefulness of phosphodiesterase-5 inhibitors is disputed. Combining psychological and pharmacological approaches might be promising. Unfortunately, there is a lack of clinical trials in this field.

Although effective treatments do exist, only a few affected people appear to use them satisfactorily. Efforts have still to be made in order to train adequately heath practitioners and to make the treatments more accessible to the public.

 

Philippe Kempeneers, Robert Andrianne, Armand Lequeux, Sylvie Blairy

Lire l'article Recherches
Une méthode d’approche par le jeu symbolique, en thérapie cognitivo-comportementale de l’enfant, illustrée par un cas A methodical approach using symbolic play, in cognitive behavioral therapy of children, illustrated by case study

La thérapie par le jeu est utilisée depuis une vingtaine d’années par certains cliniciens cognitivo-comportementalistes. Cependant il n’y a que très peu de littérature en français dans ce domaine. Ainsi,  le présent travail tente d’offrir aux thérapeutes cognitivo-comportementalistes un outil d’analyse clair et reproductible du jeu symbolique de l’enfant. Le jeu symbolique est utilisé ici comme instrument d’évaluation diagnostique, puis comme instrument thérapeutique, aussi bien auprès des parents que de l’enfant lui-même. Cette méthode s’adresse à des enfants en âge de jouer, de 3 à 12 ans environ, afin d’enrichir  notre compréhension par une meilleure visibilité de leur point de vue subjectif, imaginaire, cognitif et émotionnel , et secondairement de restructurer comportements et cognitions.

Play therapy is used for more than twenty years by cognitive behavioral therapists. In those steps, this paper aims to provide a clear and reliable analysis tool for the symbolic play of children. Symbolic play is used here as a mechanism for diagnostic assessment, and as a therapeutic tool, with the parents and with the children as well. This method is addressed to children from 3 to 12 years old, as an acces to their subjective point of view, imagination, cognitions and emotions, and secondarily to restructure behaviors and cognitions.

Christèle Richard, Fabrice Brodard

Lire l'article

2014 - Volume XIX - Mars - N°1


Editorial
Lettre de l'éditeur

Valentino Pomini

Lire l'article Recherches
La triple alliance en psychothérapie de l’enfant : mise en perspective The triple alliance in child psychotherapy : getting relief

Cette revue de littérature présente une analyse du concept d’alliance thérapeutique chez l’enfant à l’aide d’une analyse comparative de l’alliance chez l’adulte. La première partie de cet article est consacrée au concept d’alliance thérapeutique chez l’adulte comme point d’ancrage à l’analyse des travaux menés chez l’enfant. La deuxième partie est une analyse critique et synthétique des études réalisées sur l’alliance chez l’enfant. Le concept de triple alliance tenant compte de la singularité de la psychothérapie de l’enfant est avancé.

The literature review presents an analysis of the concept of therapeutic alliance in children using a comparative analysis of the alliance in adults. The first part of this paper is devoted to the concept of therapeutic alliance in adults as an anchor to the analysis of studies done in children. The second part is a critical and synthetic study of studies done of the alliance in children. The concept of a triple alliance that includes the specificity of the child psychotherapy is advanced.

Fanny Marteau, Bruno Vilette, Stéphane Rusinek

Lire l'article Recherches
Illustration clinique d’un nouvel outil favorisant le développement de la triple alliance thérapeutique Clinical illustration of a new tool to promote the development of the triple alliance therapeutic

Cet article présente une étude de cas visant à illustrer qualitativement un travail d’alliance thérapeutique chez l’enfant réalisé à l’aide d’un nouvel outil « le Psyrep ». Cet outil a été conçu à partir d’une élaboration théorique sur le concept de triple alliance thérapeutique chez l’enfant et la nécessité d’ajuster les représentations divergentes des acteurs de la thérapie (enfant, parents, psychologue) pour favoriser la qualité de l’alliance thérapeutique. L’illustration clinique permet de présenter la démarche consistant en un travail cognitif sur les décalages de représentations évalués entre les acteurs. Les résultats de l’alliance thérapeutique suite à l’utilisation du Psyrep sont présentés et discutés.

This article presents a case study to illustrate qualitatively a work of a therapeutic alliance in children with a new tool “the Psyrep”. This tool was developed based on a theoretical elaboration on the therapeutic triple alliance in children by adjusting the divergent representations of the actors of the therapy (child, parent, psychologist) to promote the quality of the therapeutic alliance. The clinical illustration allows presenting the approach of cognitive work on the gaps of representations between the actors. The results of the therapeutic alliance following use of Psyrep are presented and discussed.

Fanny Marteau, Bruno Vilette, Stéphane Rusinek

Lire l'article Recherches
Analyses préliminaires des propriétés psychométriques de la version francophone du questionnaire Child Anxiety Sensitivity Index (CASI) A french adaptation of the Child Anxiety Sensitivity Index (CASI): Preliminary analysis

La présente étude vise à explorer les propriétés de la version francophone du Child Anxiety Sensitivity Index (CASI; Silverman, Fleisig, Rabian, & Peterson, 1991) nommé l’index de sensibilité à l’anxiété pour enfant (ISA-E). Le ISA-E a été testé auprès de 244 enfants québécois francophones (108 garçons et 136 filles; M = 9,9 ans). Les participants ont complété le ISA-E, la version francophone du Childhood Illness Attitude Scales (CIAS; Kristy & Gordon, 2005), le Questionnaire des Cognitions reliées à l'anxiété généralisée (CAG; Gosselin et al., 2007) et le questionnaire d’interprétation des symptômes physique (SIQ; Robbins & Kirmayer, 1991). Une analyse factorielle exploratoire avec rotation orthogonale (varimax) a été effectuée sur les résultats du ISA-E. Trois stratégies factorielles sont considérées. Une première structure à quatre facteurs semble possible, mais la distribution des items dans les différents facteurs ne concorde pas avec la version originale. La structure à deux facteurs a également été considérée, cependant les résultats laissent croire que la version francophone serait davantage unifactorielle. Des analyses corrélationnelles révèlent que le ISA-E est positivement corrélé à des processus cognitifs anxieux et à la tendance hypocondriaque. Dans l’ensemble, ces résultats préliminaires supportent les bonnes propriétés psychométriques du ISA-E.

The aim of this study was to explore the psychometric properties of the French version of the Child Anxiety Sensitivity Index (CASI; Silverman, Fleisig, Rabian, & Peterson, 1991), named Inventaire de Sensibilité à l’Anxiété pour enfant (ISA-E). The ISA-E was tested on 244 French Canadians children (108 boys and 136 girls; M = 9.9 years old). The Subjects also completed the Childhood Illness Attitude Scales (CIAS; Wright & Asmundson, 2005), the generalised anxiety cognition questionnaire (CAG; Questionnaire des Cognitions reliées à l'anxiété généralise; Gosselin et al., 2007) and the Symptoms Interpretations Questionnaire (SIQ; Robbins & Kirmayer, 1991).  Exploratory factor analyses with orthogonal rotation (varimax) were run on the non clinical sample. Three differents factors matrixes were considered: a four factors matrix, a two factors matrix and a one factor matrix. The one factor matrix presented the most consistent results. The ISA-E correlates with other anxiety processes and hypochondriac tendency. The results support the good psychometric properties of the ISA-E.

Philippe Roy, Julien-Pierre Vanasse-Larochelle, Marie-Christine Houde-Charron, Frédéric Langlois

Lire l'article Recherches
Evaluation de l’approche basée sur les inférences (ABI) dans le traitement des troubles des conduites alimentaires (TCA) : deux études de cas Evaluation of an inferential-based approach for the treatment of eating disorders: two cases studies

Les troubles des conduites alimentaires (TCA) et le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) partagent plusieurs similarités phénoménologiques. Un traitement cognitif validé pour le TOC  (approche basée sur les inférences, ABI) a donc été évalué dans la présente étude. Les deux femmes ayant reçu le traitement souffraient respectivement de boulimie et d’un trouble alimentaire non-spécifié. Après le suivi, l’examen des résultats post-traitement démontrent que les deux patientes ne rencontrent plus les critères d’un trouble des conduites alimentaires (TCA). Elles avaient diminué leur niveau de croyances envers la probabilité que les doutes obsessionnels soient vrais ainsi que leur besoin d’exécuter des comportements alimentaires compulsifs ou ritualisés (ex. : restriction alimentaire, exercice physique). À la lumière des résultats obtenus, l'ABI semble une approche prometteuse dans le traitement des TCA. D’autres études avec plans/designs quasi-expérimentaux, et s’appliquant à différents types de TCA (ex.: boulimie de type purgatif, anorexie mentale) pourraient être envisagées afin de vérifier la généralisation de ces résultats préliminaires.

 

Several similarities exist in the phenomenology of obsessive-compulsive disorder (OCD) and eating disorders (ED). A cognitive treatment validated for obsessive-compulsive disorder (Inferential based approach, IBA) was evaluated in this study. The two women who received the treatment were suffering respectively of bulimia and eating disorders not otherwise specified. After the follow-up, the post-treatment exam results show that the two patients did not meet the criteria for ED. They had reduced their level of beliefs towards the probability of the obsessive doubts and their need to carry out compulsive or ritualized food behaviours (e.g.: food restriction, exercise). In the light of the results obtained, IBA seems a promising approach in the treatment of the ED. Other studies with quasi-experimental specifications, and applied to different types of ED (e.g.: bulimia purging type, anorexia nervosa) could be considered to verify the generalization of these preliminary results.

 

Audrey Bertrand, Kieron O'Connor, Claude Bélanger

Lire l'article

2013 - Volume XVIII - Décembre - N°4


Editorial
Lettre de l'éditeur

Sylvie Blairy

Lire l'article Lettre à l'Editeur
Lettre à l'éditeur

Martin D. Provencher

Lire l'article Recherches
Entraînement métacognitif en groupe chez des adolescents souffrant de psychose : étude de cas multiples Group metacognitive training for adolescents with psychosis: multiple case study

La formation et le maintien d’idées délirantes, qui sont des symptômes clé de la psychose, s’expliquent en partie par la présence de biais cognitifs. La faisabilité, l’adhérence au traitement, l’utilité subjective et également l’efficacité d’un entraînement métacognitif (EMC) permettant de corriger ces biais cognitifs ont été démontrées chez des adultes souffrant de schizophrénie. Par contre, aucune étude ne s’est intéressée à ces aspects dans une population adolescente atteinte de psychose. La présente étude évalue la faisabilité d’un EMC et son effet bénéfique sur les symptômes psychotiques et dépressifs, le fonctionnement social et l’estime de soi chez 5 adolescents, de 16 à 18 ans, souffrant de psychose. L’intervention effectuée est un EMC en groupe correspondant à 2x8 modules, de 45 à 60 minutes, une fois par semaine. La mesure de l’efficacité des modules emploie des échelles mesurant la sévérité de la symptomatologie psychotique, le fonctionnement social global, l’estime de soi, la dépression  et la santé mentale globale. Les résultats de ces 5 patients semblent indiquer que L’EMC est praticable et efficace. Toutefois, l’adhérence au traitement est mitigée. Le calendrier des séances nécessite une adaptation selon la disponibilité des participants. Globalement, L’EMC s’accompagne d’une réduction des symptômes psychotiques et dépressifs et d’une amélioration du fonctionnement social et de l’estime de soi. En conclusion, l’EMC représente une alternative intéressante et/ou un bon complément de traitement. De futures études à plus large échelle devraient être entreprises afin de confirmer cette conclusion et étoffer les données spécifiques à cette population exclue des précédentes études sur l’EMC.

 

Cognitive biases can explain part of the formation and maintenance of psychotic symptoms such as delusions. The feasibility, the treatment adherence, the subjective and objective efficacy of a metacognitive training (MCT) targeting the treatment of these cognitive biases have already been shown with adult patients with schizophrenia. However, there has been no research on adolescent patients with psychosis. The current study evaluates the feasibility of MCT and its beneficial effects on psychotic symptoms, depression, social functioning and self-esteem of five psychotic adolescents, aged 16-18. The intervention constitutes of a MCT delivered in group, corresponding to 2x8 modules, lasting between 45 and 60 minutes once a week. To measure MCT’s efficacy, scales measuring the severity of psychotic symptoms, global social functioning, self-esteem, depression and mental health have been used. The results of the 5 patients indicate that MCT is feasible and the treatment adherence is moderate. The schedule of MCT needs to be adapted to the availability of the participants. MCT allows to reduce psychotic and depressive symptoms as well as to improve the social functioning and the self-esteem. In conclusion, MCT seems to be an interesting alternative and/or a good additional treatment. Future studies should be undertaken in order to confirm this conclusion and to increase the specific data about the adolescent population who have been excluded from previous studies about MCT.

 

Sonia Orcel, Sébastien Urben, Frédéric Lambelet, Muriel Hafil, Laure Jaugey, Laurent Holzer

Lire l'article Recherches
Lien entre les stades de changement, la participation et les pratiques éducatives des participants à un programme d’entraînement aux habiletés parentales Relationship between stages of change, participation and parenting practices of parent-training participants

L’étude explore le lien entre les stades de changement du modèle transthéorique (Prochaska et al., 1992) et la participation des parents à un programme d’entraînement aux habiletés parentales d’une part et leurs pratiques éducatives d’autre part. Des parents (n=43) ayant un enfant avec un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH) ont participé au PEHP Ces années incroyables (Webster-Stratton et Hancock, 1998). Les résultats montrent que les parents adoptent surtout des comportements propres à l’action et non à la pré-contemplation ou à la contemplation, ils sont assidus aux rencontres et la plupart améliorent leurs pratiques éducatives. Les parents qui adoptent les comportements associés au stade de l’action sont déjà engagés, avant le début du programme, dans des actions pour améliorer la relation avec leur enfant et sont moins assidus aux rencontres et améliorent moins leurs pratiques. Ce résultat surprenant rend probablement compte du fait que les actions déjà entreprises par les parents présentent déjà des bénéfices. Les résultats de l’étude mettent en évidence la difficulté de convaincre les parents au stade de la pré-contempaltation ou de la contemplation à participer à une intervention d’aide. Les stratégies cliniques favorables à l’assiduité aux rencontres et à l’amélioration des pratiques éducatives des parents de différents stades sont abordées dans la discussion.

This study explores the relationship between stages of change (Prochaska et al., 1992), parents’ participation to a parent-training program (PTP) and parenting practices. Parents (n = 43) of children with attention deficit disorder/hyperactivity (ADHD) participated to the Incredible Years program (Webster-Stratton & Hancock, 1998).  Results indicate that parents are more likely to adopt behaviors typical of the stage of action rather than the stages of precontemplation or contemplation, they participate to almost all group sessions, and most of them improve their parenting practices.  Parents who adopt behaviors typical of the stage of action are less likely to attend the group sessions and less likely to show improvements of their parenting practices.  Though surprising, these results clearly indicate that these parents have already implemented actions, before their participation to the PTP, that show benefits for the relationship with their child. Therefore they are less likely to benefit from the PTP.  Results also emphasize the difficulties to convince parents to participate in an intervention when they are at the precontemplation or contemplation stages. Clinical strategies to improve attendance to intervention and support parents’ change of parenting practices for parents at different stages of change are discussed.

Marie-Josée Letarte, Sylvie Normandeau

Lire l'article Recherches
Posters présentés à la 40ème Journée Scientifique de l'AEMTC

Lire l'article Recension de livre
Recension : Françoise Dolto, la déraison pure

Jacques van Rillaer

Lire l'article

2013 - Volume XVIII - Septembre - N°3


Recherches
Endophénotypes cognitifs dans la schizophrénie : une revue de la littérature Cognitive endophenotypes in schizophrenia: A review of literature

Cet article présente une revue de la littérature concernant les troubles cognitifs que peuvent manifester des parents du premier degré de patients souffrant de schizophrénie. Les parents du premier degré sont les personnes les plus proches génétiquement de la personne schizophrène ; ils sont ainsi susceptibles de présenter - à un degré moindre - des troubles cognitifs semblables à ceux présentés par les personnes souffrant de schizophrénie.

Des déficits au sein des différentes composantes de la mémoire, des fonctions exécutives et des aspects attentionnels chez les parents du premier degré de patients schizophrènes ont été rapportés dans plusieurs études. Les résultats des études révèlent également des troubles de compréhension du langage ainsi qu’une pauvreté du discours. Ces déficits sont considérés comme des marqueurs endophénotypiques pour la schizophrénie.

 

 

The present article reviews the literature on cognitive impairments in the first degree relatives of patients suffering from schizophrenia. The first degree relatives are the family members who are the most genetically closer from the schizophrenia patient. This characteristic makes them susceptible to show - to a minor degree - similar cognitive problems than those observed in schizophrenia patient.

The literature review shows that impairments in the different types of memory, executive functions and attention in the first degree relatives of patients suffering from schizophrenia have been reported. Further, the relatives also manifested deficits in comprehension of the language as well as weaknesses in discourse. These deficits are considered as endophenotypical signs of schizophrenia.

 

Laure Xhenseval, Sylvie Blairy

Lire l'article Recherches
Les biais attentionnels de l’information émotionnelle dans l’anxiété sociale : revue de littérature et implications cliniques Attentional biases of emotional information in social anxiety: A literature review and their clinical implications

Les modèles cognitifs de l’anxiété sociale proposent que les patients souffrant d'anxiété sociale sont caractérisés par un traitement biaisé de l'information émotionnelle. Ces modèles suggèrent que les biais cognitifs peuvent expliquer en partie l'étiologie et le maintien de ce trouble. Cet article présente les travaux réalisés au sujet des biais attentionnels et suggère des pistes pour les recherches futures. Il discute également les implications cliniques de ce type de biais.

 

Cognitive models of social anxiety pose that patients with social anxiety are characterized by biased processing of emotional information. They suggest that cognitive biases can partially explain the aetiology and maintenance of this disorder. The present paper reviews the accumulated research on attentionnal biases and suggests possible leads for further research. It also discusses the clinical implications of these biases in social anxiety.

 

Morgane Vanhaelen, Vincent Yzerbit, Pierre Philippot

Lire l'article Recherches
Les biais de jugement de l’information émotionnelle dans l’anxiété sociale : revue de littérature et implications cliniques Judgmental biases of emotional information in social anxiety: A literature review and their clinical implications

Les modèles cognitifs de l’anxiété sociale proposent que les patients souffrant d'anxiété sociale sont caractérisés par un traitement biaisé de l'information émotionnelle. Ces modèles suggèrent que les biais cognitifs peuvent expliquer en partie l'étiologie et le maintien de ce trouble. Cet article présente les travaux réalisés au sujet des biais de jugement et suggère des pistes pour les recherches futures. Il discute également les implications cliniques des biais de jugement dans l'anxiété sociale.

 

Cognitive models of social anxiety pose that patients with social anxiety are characterized by biased processing of emotional information. They suggest that cognitive biases can partially explain the aetiology and maintenance of this disorder. The present paper reviews the accumulated research on the judgmental biases and suggests possible leads for further research. It also discusses the clinical implications of these biases in social anxiety.

 

Morgane Vanhaelen, Vincent Yzerbit, Pierre Philippot

Lire l'article

2013 - Volume XVIII - Juin - N°2


Editorial
Lettre éditoriale

Lire l'article Recherches
Étude de cas d’enfants autistes suite à 3 ans d’intervention comportementale intensive Case study findings of children with autism who received 3 years of intensive behavioral intervention

L’intervention comportementale intensive dont ont bénéficié trois enfants autistes avec une intensité d’au moins 30 heures par semaine pendant 3 ans, est décrite. Les résultats avant et en cours de traitement sont présentés, sur le plan du diagnostic, des habiletés cognitives et des comportements adaptatifs. Les profils des trois enfants illustrent ceux obtenus par diverses études en ICI et peuvent être classés en deux catégories, soit les apprenants rapides et les apprenants modérés. Deux enfants démontrent un rythme d’apprentissage équivalent à leur pair, sur le plan intellectuel, et sont intégrés en classe ordinaire. Bien que l’autre participant ait reçu en moyenne 50 heures d’intervention hebdomadaire pendant plus de 3 ans, il accuse des retards développementaux significatifs et fréquente une école spécialisée. Les résultats sont expliqués en fonction des prédicteurs qui sont reliés à l’efficacité d’un tel traitement intensif.

A description of Intensive Behavioral Intervention (IBI) that was provided to 3 children with autism is discussed. In each case, treatment intensity was provided for at least 30 hours per week for 3 years. The results before and during the intervention are described in relation to each child’s diagnosis, cognitive skills, and adaptive functioning. The participants profiles are consistent with the ones presented in many studies and can be categorized in two classes, the best learners and the moderate learners. Two children demonstrated an accelerated rate of acquisition and now attend a regular class. Although the other participant received an average of 50 hours per week of intervention for 3 years, he shows significant developmental delays and attends a special education school. The results are explained based on the variables associated with IBI effectiveness.

Sylvie Donais, Shari Joseph

Lire l'article Recherches
Une nouvelle approche de l’intervention précoce, le Early Start Denver Model A new approach of early intervention, the Early Start Denver Model

L’autisme est un trouble neurodéveloppemental dont l’impact sur l’évolution de l’enfant est très lourd. La précocité du diagnostic et de la mise en place d’une intervention adaptée conditionnent beaucoup la progression de l’enfant et son accès à une meilleure qualité de vie. Le Early Start Denver Model est une approche développementale et comportementale qui met l’accent sur l’apprentissage dans un contexte socio-émotionnel positif. Le modèle et ses fondements sont présentés, ainsi que la méthodologie de mise en œuvre. Une revue des travaux ayant testé son efficacité vient compléter cette présentation.

Autism is a neuro-developmental disorder which has a considerable impact on the child’s evolution. Early diagnosis and implementation of an appropriate intervention plan determines the progress made by the child and therefore his or her access to a better quality of life. The Early Start Denver Model is a developmental and behavioral approach that emphasizes learning in a positive socio-emotional context. The model and its foundations are presented, as well as the methodology of implementation. A review of studies that tested its effectiveness complements this presentation.

Bernadette Rogé

Lire l'article Recherches
Les impacts des conditions de motivation sur le traitement des comportements problématiques chez les personnes en situation de handicap The impact of motivating operations on the treatment of problem behaviour in individuals with disabilities

Les conditions de motivation sont des évènements ou des stimuli qui altèrent la valeur d’une conséquence ainsi que la fréquence des comportements maintenus par cette dernière. L’article effectue une revue de la littérature sur les impacts des conditions de motivation sur le traitement des comportements problématiques (p. ex. agression, destruction, automutilation, autostimulation) chez les personnes en situation de handicap. Les études recensées indiquent que la privation augmente la valeur des renforçateurs et la fréquence des comportements problématiques associés (condition d’appui) tandis que le renforcement non-contingent et la satiété produisent l’effet inverse (condition d’abolition). Manipuler les caractéristiques des demandes et des tâches produit aussi des effets d’appui et d’abolition. D’autres facteurs idiosyncratiques agissent également comme condition de motivation, mais leurs effets varient d’une personne et d’une fonction à l’autre. La recension souligne l’importance de développer et d’évaluer des nouvelles méthodes pour identifier rapidement des conditions de motivation, d’utiliser ces conditions pour favoriser la réduction des comportements problématiques et de poursuivre la recherche sur leurs effets.