SOMMAIRE

2019 - Volume XXIV - - N°2

Editorial

Editorial « Chaud devant, chaud ! »

Nicolas DUCHESNE

Pages 2-3
 

Actes congrès et colloques

La formulation de cas cognitivo-comportementale dans la gestion des conflits en supervision

Cognitive-Behavioral Case Formulation in Supervision Conflict Management

Geneviève BELLEVILLE

Pages 4-15
 

Actes congrès et colloques

ASPCo 2 : la supervision et la métaphore de la navigation. Explorer l’archipel du monde du supervisé

ASPCo3 : The supervision and the metaphor of navigation. Exploring the archipelago of the supervisee’s world

Christine FAVRE

Pages 16-21
 

Actes congrès et colloques

L’apprentissage expérientiel en supervision TCC

Experiential training in CBT supervision

Nicolas DUCHESNE

Pages 22-27
 

Actes congrès et colloques

L’intention du superviseur est-elle égale à l’effet sur le supervisé ? L’expérience d’IRCCADE

Is the intention of the supervisor equal to the effect on supervises? The experiment of IRCCADE

Bertrand LLORET, Bruno BOUTGES, Raymond ELAYLI

Pages 28-34
 

Actes congrès et colloques

«Superviseur…tu seras : les spécificités du superviseur TCC»

«Supervisor…you will be : specific features of a cognitive behavioral supervisor»

Stéphanie BERTHOLON-ALLAGNAT, Richard TOTH

Pages 35-50
 

Actes congrès et colloques

La supervision en Thérapie Comportementale et Cognitive : aspects théoriques

Supervision in Cognitive Behavioral Therapy: theoretical aspects

Stéphanie BERTHOLON-ALLAGNAT, Richard TOTH

Pages 51-60
 

Editorial

Editorial « Chaud devant, chaud ! »

Grâce à Martine Bouvard, architecte scientifique du 2e Colloque francophone de pratiques en TCC (Genève, 2018) et à Michel Ylieff, rédacteur associé de la RFCCC, vous avez à portée de clic ce numéro spécial sur la supervision. Il contient six articles témoignant de la vitalité, de l’exigence et, plus étonnamment, de la convergence de vue de cinq équipes francophones de supervision TCC. Si les références restent majoritairement anglophones, ces articles partagent les pratiques et les élaborations de ces équipes régionales françaises, suisse et canadienne. Merci à la RFCCC d’accueillir ce second numéro spécial sur le thème, après celui où Lucy Clauw, Sandrine Deplus et Pierre Philippot de l’UCLouvain (2011) avaient développé la supervision clinique et les moyens d’aider le supervisé à se développer, discuté ensuite par Lucio Bizzini et Mark Freeston (2011).
La supervision en français dans le texte trouve sa place, avec sa sensibilité propre, ses métaphores et ses contextes de pratique. Ces articles confirment qu’une supervision vraiment TCC existe ! Elle s’appuie sur des références et des études. Elle avance d’hypothèses en expériences en s’appuyant sur des analyses fonctionnelles et les processus à l’oeuvre. Elle propose des méthodologies de travail descriptibles et donc reproductibles. Assise sur le corpus des données scientifiques et les règles méthodologiques précises propres à notre pratique basée sur les preuves, la supervision TCC se saisit depuis deux décennies des dimensions subjectives, émotionnelles, interpersonnelles et de développement éducatif professionnel, voire personnel des jeunes collègues (Goldfried, 2000; Bennett-Levy, 2006; James, 2007). Les articles de ce numéro spécial prolongent cette direction.

Geneviève Belleville nous partage, depuis le Canada, ses travaux sur la gestion des tensions et des pertes d’alliance en supervision. Leur identification, leur modélisation originale en analyse fonctionnelle et pistes de méta-communication permettent un partage clair avec le supervisé, chemin vers les solutions. Prêt à vous remettre en question ? Christine Favre met en avant deux outils d’exploration du vécu émotionnel et cognitif du supervisé, celui du Système Motivationnel Interpersonnel et le cycle cognitif interpersonnel avec leurs illustrations cliniques. Je vous propose un retour sur la composante d’apprentissage expérientiel en supervision de groupe, en décomposant les conditions de constitution de l’alliance de travail active, les références scientifiques et la méthodologie opérationnelle. Je développe spécifiquement les
interventions du superviseur, feedbacks et propositions d’animation. Bertrand Lloret et ses collègues girondins produisent, en publication exclusive, une étude originale interrogeant la congruence entre les projets pédagogiques du superviseur et les retours des supervisés, à différents niveaux de leur avancement professionnel. Revue Francophone de Clinique Comportementale et Cognitive RFCCC –2019 – Vol. XXIV – n°2 – p.3 Stéphanie Bertholon-Allagnat et Richard Toth soulèvent l’importante question du profil requis et des qualités attendues pour qu’un superviseur remplisse bien ses importantes missions. Non sans humour et très « troisième vague », ils nous proposent un « serment du superviseur ».
En guise de synthèse, Stéphanie Bertholon-Allagnat et Richard Toth partagent les réflexions d’un groupe de superviseurs et de thérapeutes de l’Afforthecc sur les buts, les modèles, les formats et les attentes envers la supervision.
L’équipe des auteurs émet le voeu que ces partages contribuent au succès de vos pratiques locales de supervision.
Duchesne Nicolas,
Coordinateur

Nicolas DUCHESNE

Lire l'article

Actes congrès et colloques

La formulation de cas cognitivo-comportementale dans la gestion des conflits en supervision Cognitive-Behavioral Case Formulation in Supervision Conflict Management

Le conflit en supervision inclut l’ensemble des tensions et des incompréhensions, d’intensité et de durée variables, menant à une rupture de la collaboration entre le superviseur et le supervisé. Plusieurs caractéristiques inhérentes à la supervision, telles que l’anxiété du supervisé associée à l’évaluation de sa performance et la distribution inégale du pouvoir dans la relation, rendent probable l’occurrence de conflits entre le superviseur et le supervisé. Les recherches montrent qu’il est essentiel pour le superviseur d’avoir de bonnes habiletés de gestion des conflits pour maintenir une relation positive et productive. Les objectifs du présent article sont de documenter la nature des conflits en supervision et de proposer une application de la formulation de cas cognitivo-comportementale à leur analyse et leur gestion. L’utilisation de la formulation de cas cognitivo-comportementale permet de définir les tensions et les malaises dans la relation de supervision en problèmes explicites, d’émettre des hypothèses à propos de leurs facteurs de maintien et de proposer des pistes de solution. Elle représente aussi un exercice d’auto-réflexion et d’auto-critique pour le superviseur, habiletés essentielles au maintien de sa compétence professionnelle.

Supervision conflict includes all interpersonal misunderstandings or tensions, of varying intensity and duration, leading to a break in the collaboration between the supervisor and the supervisee. Several characteristics inherent to supervision, such as the supervisee’s anxiety associated with performance appraisal and the unequal distribution of power in the relationship, make conflicts between supervisor and supervisor likely to occur. Research shows that it is essential for the supervisor to have good conflict management skills to maintain a positive and productive relationship. The objectives of this article are to document the nature of conflicts in supervision and to propose an application of the cognitive-behavioral case formulation to their analysis and management. The use of the cognitivebehavioral case formulation allows defining the tensions and discomforts in the supervisory relationship in explicit problems, hypothesizing about their maintenance factors and proposing tangible solutions. It is also an exercise of self-reflection and self-criticism for the supervisor, skills essential to maintaining one's professional competence.

Mots-clés : thérapie cognitivo-comportementale, TCC, Supervision, professional development, métacommunication, formulation de cas, conflit Key words : cognitive-behaviour therapy, CBT, supervision, professional development, metacommunication, case formulation, conflict

Geneviève BELLEVILLE

Lire l'article

Actes congrès et colloques

ASPCo 2 : la supervision et la métaphore de la navigation. Explorer l’archipel du monde du supervisé ASPCo3 : The supervision and the metaphor of navigation. Exploring the archipelago of the supervisee’s world

Dans notre modèle de supervision ASPCo, nous avons choisi la navigation comme métaphore de la conduite d’une séance de supervision. Le superviseur explore avec le supervisé le travail thérapeutique avec le patient ainsi que ses besoins d’apprentissage. Nous portons une attention particulière à l’exploration du monde du supervisé, lequel englobe les émotions et les croyances du supervisé par rapport au patient et à la relation thérapeutique. Comme on le sait, les schémas relationnels du patient se jouent aussi dans la relation thérapeutique et ils vont activer ceux du thérapeute. Les émotions du thérapeute peuvent nous apporter des informations importantes sur ce qui se passe. Les jugements autocritiques du thérapeute sur ses compétences sont également à mettre en évidence, de même que les obstacles qu’il rencontre avec son patient. Un nouveau regard construit dans la relation superviseur-supervisé peut ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques, favoriser le développement des compétences du supervisé et l’aider à reconnaître son style personnel. Ce travail interpersonnel se fera d’autant plus avec des supervisés de niveau intermédiaire et avancé. Nous présenterons quelques modèles et outils d’autres auteurs qui sont utiles au superviseur pour aborder le monde interne du supervisé sans oublier que la relation  superviseur/supervisé est essentielle à ce travail.

In our ASPCo supervision model, we chose navigation as a metaphor for conducting a supervision session. The supervisor explores with the supervisee the therapeutic work with the patient and his learning needs. We pay particular attention to the exploration of the supervisee’s world, which includes the emotions and beliefs of the supervisee in relation to the patient and the therapeutic relationship. As we know, the patient's relational patterns are also played out in the therapeutic relationship and they will activate those of the therapist. The therapist's emotions can provide us with important information about what is happening. The therapist's self-critical judgments about his skills are also to be highlighted, as well as the obstacles he encounters with his patient. A new perspective built into the supervisorsupervised relationship can open up new therapeutic clues, foster the development of the supervisee's skills and help him or her recognize his or her personal style. This interpersonal work will be done even more with intermediate and advanced supervisees. We will present some models and tools from other authors that are useful to the supervisor in addressing the supervisee's internal world, without forgetting that the supervisor supervisee relationship is essential to this work.

Mots-clés : Supervision, relation thérapeutique, émotions supervisé Key words : supervision, therapeutical relationship, supervisee's emotions

Christine FAVRE

Lire l'article

Actes congrès et colloques

L’apprentissage expérientiel en supervision TCC Experiential training in CBT supervision

Cet article met l'accent sur la composante d’apprentissage expérientiel de la supervision. Pour augmenter le savoir-faire clinique et l’autonomie future du supervisé dans son travail et la gestion de lui-même, le superviseur incite et anime des séquences pratiques découlant des situations-problèmes soumises dans l’esprit même des TCC. M’inspirant principalement des travaux et des modèles de Milne et Reiser (2017), je propose de développer pas à pas les étapes du travail expérientiel: poser le cadre fonctionnel et relationnel, formuler les situations-problèmes en termes d’hypothèse, engager les étapes expérimentales et guider l’élaboration. A partir d’une illustration clinique et de mon expérience comme superviseur de groupes, je développe les capacités relationnelles du superviseur, notamment son art des « feed-backs » et certaines pistes d’animation de groupe, à même d’aider chaque supervisé à participer activement, à générer des réponses adéquates à ses situations-problèmes et à développer une relecture constructive de ses essais, de sa pratique et de son propre fonctionnement.

This article shines a spotlight on the experiential learning component of supervision. To increase the clinical know-how and future autonomy of the supervisor in his work and the management of himself, the supervisor encourages and animates practical sequences arising from the problem situations submitted, in the very spirit of CBT. Drawing mainly on the work and models of Milne and Reiser (2017), I propose to develop step by step the stages of experiential work: lay down the functional and relational framework, formulate the problem situations submitted in terms of hypothesis, initiate the experimental steps and guide the development. Based on a clinical illustration and my experience as a group supervisor, I develop the supervisor's interpersonal skills, including his art of feedback and certain group animation tracks, able to help each supervisor to actively participate, generate adequate responses to problem situations and develop a constructive review of its essays, practice and own functioning.

Mots-clés : Supervision, régulation des émotions, feed-back, apprentissage expérientiel Key words : supervision, emotion regulation, feed-back, experiential learning

Nicolas DUCHESNE

Lire l'article

Actes congrès et colloques

L’intention du superviseur est-elle égale à l’effet sur le supervisé ? L’expérience d’IRCCADE Is the intention of the supervisor equal to the effect on supervises? The experiment of IRCCADE

La supervision vise à la prise en charge d’un problème de thérapie (sur un patient) dans une interaction entre un superviseur et un supervisé. L'analyse de la problématique se situe donc à plusieurs niveaux : la relation entre le patient et le thérapeute supervisé, et entre le supervisé et le superviseur. Cette présentation s’appuie sur le recueil systématique de feedbacks immédiats par questionnaires lors de séances de supervision au sein de l'Institut de Recherche Comportementale et Cognitive sur l’Anxiété et la Dépression (IRCCADE) qui assure au cours de l'enseignement initial, puis en formation continue des séances de supervision avec des superviseurs agréés par IRCCADE et l'AFTCC. La communication portera ensuite sur l'analyse des écarts pouvant exister entre la perception du superviseur sur la séance de supervision et sur le message émis par lui d’un côté et sur la perception du supervisé quant à la cible travaillée et l’utilité de la démarche de l’autre côté.
Nous tenterons d’analyser les feedbacks précédemment cités dans différents settings de supervision, à savoir : étudiants en formation initiale de TCC (thérapeutes novices, supervision en groupe), supervisions individuelles de thérapeutes formés et supervisions en tout petit groupe (thérapeutes aguerris) par un superviseur expert sur une problématique, un trouble.

The supervision aims at the consideration of a therapy difficulty (on a patient) in an interaction between a supervisor and one supervises. The analysis of the problem is thus for several levels: the relation between the patient and the supervises therapist, and between the supervises and the supervisor. This presentation leans on the systematic collection of immediate feedbacks by questionnaires during sessions of supervision within IRCCADE (Institut de Recherche Comportementale et Cognitive sur l’Anxiété et la Dépression) which provide during the initial training, then in in-service training of the sessions of supervision with supervisors approved by IRCCADE and the AFTCC.
This communication will concern then the gap analysis which can exist between the perception of the supervisor on the session of supervision and on the message emitted by him on one side and on the perception of the supervises as for the worked target and the utility of the approach on the other side. We shall try to analyze feedbacks previously quoted and it in different settings of supervision: students in initial training of CBT (therapists novices, supervision in a group), Individual supervisions of trained therapists and oversaw in any small group (hardened therapists) by an expert supervisor on a problem / a disorder.

Mots-clés : supervision, modèle des montgolfières Key words : supervision, montgolfières model

Bertrand LLORET, Bruno BOUTGES, Raymond ELAYLI

Lire l'article

Actes congrès et colloques

«Superviseur…tu seras : les spécificités du superviseur TCC» «Supervisor…you will be : specific features of a cognitive behavioral supervisor»

Dès le début des psychothérapies il est apparu indispensable d’aider et de soutenir les thérapeutes dans leur travail. Ainsi est née la supervision ou l’analyse de la pratique. Dans cet article nous avons choisi de porter notre attention sur le superviseur, en partant des questions suivantes : qu’est-ce qu’être superviseur en TCC ? Tout psychothérapeute peut-il prétendre à être superviseur ? Quelles sont les spécificités requises dans la pratique de la supervision en TCC ?
Après un rappel sur les axes de travail dans le cadre de la supervision TCC, nous nous intéresserons aux différentes postures que peuvent revêtir les superviseurs selon les contextes et leur personnalité. Nous tâcherons d’en discuter les intérêts et les risques pour dégager un profil souhaitable en développant les qualités et les critères qu’il nous a semblés important qu’il  étienne. Nous terminerons enfin sur une considération plus globale de ses missions, en proposant un serment du superviseur en TCC.

From the onset of psychotherapy it seemed necessary to help and support the therapists in their work. Thus, supervision or analysis of practice was born. In this article we chose to focus on the supervisor, starting with the following questions: In what consist a CBT supervisor? Can any psychotherapist claim to be a supervisor ? Which specificities are required for the practice of CBT supervision ?
After reminding the areas of work in the context of CBT supervision, we will focus on different postures that supervisors may assume depending on the context and their personality. We will try to discuss their interests and risks, to finally obtain a desirable profile of the qualities and criteria a supervisor should hold, according to what seemed important to us. We will end up on a more global description of its missions, suggesting an oath of the CBT supervisor.

Mots-clés : valeurs, superviseur, supervisé, spécificités, serment, profil, postures, missions, critères, cognitivo-comportemental Key words : values, supervisor, supervisee, specificities, oath, profile, postures, missions, criteria, cognitive behavioral therapy

Stéphanie BERTHOLON-ALLAGNAT, Richard TOTH

Lire l'article

Actes congrès et colloques

La supervision en Thérapie Comportementale et Cognitive : aspects théoriques Supervision in Cognitive Behavioral Therapy: theoretical aspects

La pratique de la psychothérapie est une expérience complexe et subtile, s’appuyant à la fois sur les connaissances théoriques, les compétences pratiques apprises durant la formation, les connaissances acquises par l’expérience passée, et une ouverture aux expériences perceptives, émotionnelles et cognitives du patient et du psychothérapeute durant leurs échanges.
Le vécu du thérapeute en exercice peut naturellement générer des doutes et des questionnements l’invitant à avoir besoin d’un tiers pour l’aider dans sa pratique. La supervision a pour vocation première de soutenir un psychothérapeute en devenir ou déjà formé qui serait en difficulté dans sa pratique professionnelle. Elle peut également l’aider à préserver une qualité thérapeutique optimale dans ses interventions sans trop dévier des standards cognitivo-comportementaux. Il est donc nécessaire de bien définir et encadrer cette expérience spécifique qu’est la supervision. Cet article tente de résumer les réflexions et positions -bien que déjà anciennes- d’une sélection de plusieurs psychothérapeutes et superviseurs reconnus en thérapie comportementale et cognitive et en psychothérapie ayant travaillé à définir la supervision, à en préciser les modèles et formats, ainsi que les supports possibles. Enfin nous terminerons par évoquer les attentes liées à la supervision ainsi que son potentiel de progression.

The practice of psychotherapy is a complex and subtle experience, based on theoretical knowledge, practical knowledge acquired through professional skills training, knowledge acquired through past experience, and openness to sensitivity of perceptive, emotional and cognitive informations both patient and psychotherapist are experiencing during their interactions.
Practicing psychotherapy can naturally generate doubts and questions that might need a third look to help the therapist in his or her clinical work. The primary purpose of supervision is to support a young or an already trained psychotherapist who would be in trouble in his or her professional practice. It can also help maintain optimum therapeutic quality in his or her interventions without deviating too much from cognitivebehavioral standards. It is therefore necessary to define and frame the specific experience of supervision. This article tries to summarize the reflections and positions -though old- of a
selection of psychotherapists and supervisors recognized in behavioral and cognitive therapy and in psychotherapy who have worked to define supervision, specify its models and formats, as well as its possible supports. Finally, we will end with the expectations about supervision and its potential for progression.

Mots-clés : superviseur, supervisé, modèles, intervision, évaluation, développemental, définition, contexte, cognitivo-comportemental, attentes Key words : supervisor, supervisee, models, intervision, evaluation, developmental, definition, context, cognitive behavioral therapy, expectations

Stéphanie BERTHOLON-ALLAGNAT, Richard TOTH

Lire l'article
© 2019 RFCCC. Tous droits réservés. Réalisé par Comase Info avec CodeWeb